#1 28/10/2013 16:26:00

grem et olf
BDApprenti
Lieu : Nantes/Naoned
Inscription : 02/12/2012
Messages : 479
Site Web

Snowpiercer- Le transperceneige

Ca faisait un moment qu'il était annoncé mais je viens de découvrir la bande annonce....

http://www.allocine.fr/video/player_gen … 23530.html

Je ne sais pas trop quoi en penser. Autant j'avais adoré la bd mais là, ça semble s'éloigner un peu trop de l'histoire originale.

le_transperceneige-bd.jpg

Le concept est là mais ça m'a l'air un peu trop porté sur l'action...

Mais j?espère me tromper!


Plus tu pédales moins fort, moins t'as de chances d'aller plus vite.
illu : http://www.bdamateur.com/forum2/viewtopic.php?id=13355
bd : http://www.bdamateur.com/forum2/viewtopic.php?id=13354

Hors ligne

#2 28/10/2013 17:16:20

De Gornaud
Maitre BDA
Inscription : 09/03/2010
Messages : 3 327
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

Tiens, j'ai vu la bande annonce au ciné mais je savais pas que c'était une BD à l'origine!
Je m'étais dit que ça avait l'air assez grossier, dans la série des films "de classe" ou les gentils pauvres sont séparés des méchants riches, mais généralement sans réflexion intéressante derrière (Elysium, Upside Down, Hunger Games (qui est peut-être le plus "social", d'après le 1er épisode)).

Mais si c'est tiré d'une BD de Lob, c'est peut-être pas aussi con que ça en a l'air (c'est un préjugé, parce que je connais en fait assez peu son oeuvre).

Dernière modification par De Gornaud (28/10/2013 17:16:58)


minilogocrypto.png

Hors ligne

#3 28/10/2013 17:30:27

grem et olf
BDApprenti
Lieu : Nantes/Naoned
Inscription : 02/12/2012
Messages : 479
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

C'est vrai que la bande annonce est très orienté lutte des classes, les gentils contre les méchant. C'est un peu le propos dans la bd aussi, mais pas que. Après c'est aussi le problème des bandes annonces qui mettent directement sur la table le scénario d'un film. C'est, je trouve, suffisamment bien amené dans la bd pour pas que ça fasse un bête cliché.

Même si le scénario du transperceneige casse pas trois pattes à un canard, c'était pas trop mal foutu et le concept bien sympa (c'est ça je pense qui à du motiver le réal).
A voir comment le film va s'en sortir mais, au risque de juger sans avoir vu, je crains le pire!


Plus tu pédales moins fort, moins t'as de chances d'aller plus vite.
illu : http://www.bdamateur.com/forum2/viewtopic.php?id=13355
bd : http://www.bdamateur.com/forum2/viewtopic.php?id=13354

Hors ligne

#4 28/10/2013 17:36:20

De Gornaud
Maitre BDA
Inscription : 09/03/2010
Messages : 3 327
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

J'ai rien contre les scénarios sur la lutte des classes, c'est juste que j'ai l'impression que généralement c'est pour en faire quelque chose de relativement inoffensif.
Je pense qu'une BD peut plus facilement se permettre d'être subversive qu'un gros film.


minilogocrypto.png

Hors ligne

#5 29/10/2013 18:01:30

sly64
Chiure de gomme
Inscription : 24/07/2013
Messages : 35

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

En tous cas, la bande annonce donne très envie.

Si la critique est unanimement positive (contrairement à Elysium et consorts), le film fait débat sur le thème; film d'auteur ou blockbuster.
Les Etats unis le considère pour l'instant comme un film d'auteur et veulent refaire le montage avant de le mettre en salles.
Le film qui aurait du etre présenté à Cannes ne l'a pas été sous prétexte de blockbuster.

Un film qui fait débat et qui ne laisse pas indifférent vaut forcément le détour.
Une chose est sure, j'irai le voir.

Hors ligne

#6 29/10/2013 22:05:27

Dede Jojo
Gentil BDA
Lieu : STRASBOURG
Inscription : 15/06/2005
Messages : 809
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

J'ai vu la bande annonce deux fois.
La première effectivement, j'étais moyennement emballé, mais je me suis dit "j'ai déjà lu une bd de ce type il y a 4, 5 ans, elle était vraiment terrible!" (j'ai passé mon après midi à la bibliothèque rien qu'à cause de ça). Le scénario m'avait vraiment marqué (je trouve même qu'il s'agit d'un chef d'?uvre).
Puis j'ai vu cet interview des deux auteurs:
http://www.allocine.fr/article/ficheart … 28295.html
Et depuis j'ai vraiment envie de le voir.

Finalement, je me souviens de films où la bande annonce était bof mais au cinéma quel pied! Comme notamment Drive.
Le contraire est aussi valable (la bande annonce de The Three of Life était excellent mais le film euh....)

Hors ligne

#7 30/10/2013 10:26:15

De Gornaud
Maitre BDA
Inscription : 09/03/2010
Messages : 3 327
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

Dede Jojo a écrit :

Finalement, je me souviens de films où la bande annonce était bof mais au cinéma quel pied! Comme notamment Drive.
Le contraire est aussi valable (la bande annonce de The Three of Life était excellent mais le film euh....)

Oui c'est clair qu'il faut pas se fier à une bande annonce, tu peux donner une image très fausse du film, et là ça donne une impression de blockbuster pas très intelligent.


minilogocrypto.png

Hors ligne

#8 06/11/2013 18:38:17

mypreciousnico
Maitre BDA
Inscription : 22/05/2008
Messages : 3 424

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

J'ai vu Snowpierecer, voici mon avis
Je vais spoiler au milieu de ma critique. Attention à la mention Spoiler, ne lire ce passage que si vous avez vu le film.

Coincé entre l?excellent Gravity célébré par tous, mais qui n?est pas non plus le chef d??uvre annoncé, et le rouleau compresseur Thor ?The Dark World, meilleur que son prédécesseur et excellent film de divertissement, on trouve ce discret petit film d?anticipation sud-coréen adapté d?une BD Française et mettant en scène un casting majoritairement américain alléchant (Chris Evans, Tilda Swinton, Jamie Bell, John Hurt et Ed Harris excusez du peu).

J?avoue, je n?ai jamais lu la série en trois tomes qui sert de base à ce film. D?ailleurs, je me suis laissé dire que le réalisateur Bong Joon Ho (qui signe également le scénario) a tenu à s?éloigner de l??uvre originale et récrivant les enjeux sur une histoire similaire.

Le pitch est attirant pour l?amateur de SF post apocalyptique : alors que le monde est plongé dans une nouvelle ère glacière, ce qui reste de l?humanité survit dans un train-univers en mouvement perpétuel qui fait le tour du globe depuis 17 ans. Les classes pauvres survivent tant bien que mal reléguées dans les derniers wagons, pendant que la classe moyenne occupe le milieu du train et que la jet-set s?éclate dans l?opulence des véhicules de tête, à deux pas de Wilford, créateur du train et divinité autoproclamée.

Partant de la, il était à craindre un film classique sur la lutte des classes, ou les héros Germinaliens auraient remonté le train, wagon par wagon, niveau par niveau, comme dans un jeu vidéo, avant d?atteindre le boss final, avec une toile de fond SF prétexte, un moyen plutôt qu?une fin.

Au final, oui?Mais pas que.

Car si au départ le film est vu par le prisme des prolétaires indignés, le film prend petit à petit d?autres points de vue, et il devient à la fin bien difficile d?avoir un avis aussi tranché qu'au début sur les bons et les méchants du film. A savoir que les personnages ne peuvent pas se résumer à de gentils prolétaires qui se soulèvent contre les méchants riches des wagons de tête.

Le train est ici le seul lieu de l?action. A l?exception de quelques paysages désolés (plutôt réussis) entrevue par les fenêtres du train, les personnages (et le spectateur avec) ne sortirons pas du transperceneige durant les 2H et des broutilles que dure le film. En ressort une histoire fiévreuse, coincée entre les parois de métal, une sensation d?étouffement qui fait presque pousser un râle de soulagement quand on sort de la projection pour retrouver un univers avec plus d?espace. Qui a déjà vécu dans des petits logements comprendra de quoi je parle.

En cela le film est assez âpre et fait dès le départ très bien ressentir une certaine promiscuité dans les wagons réservés aux prolétaires. De manière subtile le film nous amène vers des terrains un peu plus spacieux à mesure que le soulèvement se déplace vers de wagons plus riches, avec une population moins dense, des aménagements moins spartiates, un confort de vie beaucoup plus opulent.

#SPOILERS - si vous n'avez pas vu le film, sautez directement à la conclusion !#

A ce niveau la première heure du film est totalement brillante, claustrophobique, à couper le souffle. Il faut avancer, coute que coute, le plus vite possible, sans savoir ce qui se trouve au delà de la prochaine porte, du prochain wagon (comme un relent du cycle d'Ananké de Henri Vernes et ses "rosaces" qu'il faut franchir pour atteindre le monde suivant dont on ne sais rien). Le film connais un sommet dramatique en arrivant dans le wagon du milieu (symbolisé par l?excellent « nous ne sommes qu?a la moitié du chemin », lâché par un Chris Evans fatigué) et son improbable scène de baston bien tendue contre des néo-fascistes en manteaux de cuir.

Ensuite le film part à contrecourant des attentes que l?on pourrait avoir à ce stade, avec la scène de l?école, complètement surréaliste qui endormirait presque la méfiance des personnages et des spectateurs, avant de les réveiller de la plus brutale des manières

Exit les décors crades, métalliques et sans fenêtres des wagons du fond, bienvenue dans d?improbables décors laqués, dans une opulence colorée presque insultante après le dépouillement des débuts. C?est à partir de là que le point de vue, quasi exclusivement centré sur les pauvres depuis le début du film vas, non pas basculer, mais s?élargir.

En particulier lors de la rencontre entre le héros et le créateur du train ou le drame humain vécu intensément au ras des vagues sera confronté à une réalité plus froide, plus mathématique, celle de l'équilibre (technique et humain) d'un écosystème (un leitmotive qui parcours le film de bout en bout).
De la même manière que les drames humains de la vie réelles sont souvent rattrapés par la stupide réalité économique d?un monde capitaliste.

Car c'est de ça qu'il s'agit, le transperceneige est un écosystème. Celui de la terre entassé, comprimé, caricaturé entre deux parois de métal qui séparent ce qui reste du monde que l'on a connu du froid implacable et meurtrier. Car sortir du train c'est mourir, arrêter le train c'est mourir, rompre l'écosystème c'est mourir, désobéir c'est mettre en danger l'écosystème et donc mourir pour la préservation de ce dernier.

Un écosystème qui est bien entendu le notre, celui du monde actuel mais ou toutes les incohérences que nous vivons au quotidien sont vécues de manière beaucoup plus fortes puisque confinées dans un espace restreint.

D'ailleurs, pendant quelques secondes, le personnage interprété par Chris Evans doute (et nous avec). Et si Wilford (formidablissime Ed Harris) avait raison ? Doit on pour conserver notre mode de vie s'adonner aux horreurs que l'on vois dans le film ? Doit-on s'abaisser à ne réfléchir qu'en termes de pourcentage, de mécanique, de remplacement de pièces ? Ou doit-on au contraire laisser tomber et changer purement et simplement de modèle ?

La mise en scène est vraiment excellente, de même que le jeux des acteurs, tant il parviennent à nous faire ressentir (et même envisager pendant d'ignobles fractions de secondes) l'inimaginable.

Le film propose quelques scènes vraiment marquantes. La bataille du wagon du milieu dont j'ai déjà parlé, mais aussi cet improbable échange de tires à trois wagons de distance, alors que le train négocie un virage en épingle à cheveux.

#FIN DES SPOILERS#

Enfin, je trouve qu?on sent bien les racines francophones du récit. Car sur la forme comme sur le fond le film m?évoque beaucoup la SF littéraire Française de ces 10/15 dernières années). Il y a un peu (et même beaucoup) de Pierre Bordage dans ce film, à plusieurs reprises j?ai pensé au brillant diptyque Wang (à lire d?urgence pour ceux qui ne l?ont pas fait).

Bref, filez le voir de toute urgence. Ca n'est pas parfait, la seconde partie du film prend moins au tripes que la première est la fin est un peu expéditive (quoiqu'elle a le mérite de laisser une marge d'interprétation quand à la suite des évènements), mais c'est un vrai bon film d'anticipation, plutôt intelligent et dont l'ambiance change radicalement des spectacles SF calibrés dont on a l'habitude.

Hors ligne

#9 10/11/2013 12:59:09

De Gornaud
Maitre BDA
Inscription : 09/03/2010
Messages : 3 327
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

Je l'ai vu hier, je suis globalement d'accord avec toi Nico. La bande annonce m'avait fait craindre un énième film neuneu de gentils pauvres vs méchants riches, mais c'est loin d'être aussi creux qu'Elysium, par exemple (ne parlons même pas d'Upside Down).

Spoilers dans la suite:

C'est vrai que la 2e partie est peut-être un peu moins prenante, la partie riche du train est montrée de façon assez expéditive, c'est juste une toile de fond assez caricaturale (l'école, les trucs ambiance "vieillot", les clubbers junkies...). Mais bon, on fait ce qu'on peut, moi qui râle contre la tendance générale à rallonger les films inutilement jusque dans les 3 heures, là au moins ce n'est pas le cas.
Mais bon du coup à la fin quand les clubbers prennent les armes pour se battre à leur tour, c'était moyennement crédible. Tout comme certaines exagérations, le personne de Tilda Swinton, ou la maitresse d'école.
Heureusement la fin est bonne, quand le héros se trouve confronté à cette gestion froidement technicienne, il y a un minimum de réflexion et on se trouve un peu paumés, presque prêts à envisager l'ignoble, comme tu dis.
On n'en revient pas à la conclusion simpliste que c'est juste les riches qui ne veulent pas partager alors que si c'était le cas tout irait bien (comme dans Elysium).


N'ayant pas lu la BD d'origine, je ne peux pas parler de l'adaptation. Mais je recommande le film, ça fait plaisir de sortir du ciné sans être déçu pour une fois.


Je ne connais pas la SF française de la dernière décennie, mais je note ta recommandation de Wang.


minilogocrypto.png

Hors ligne

#10 10/11/2013 15:36:21

zoy
BDA
Lieu : Avignon
Inscription : 10/02/2010
Messages : 1 264
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

moi j'ai trouvé des incohérences dans ce film, notamment sur le fait qu'ils soient dans ce train depuis 17 ans, certains passages porteraient à croire qu'ils y sont depuis plusieurs générations, un peu confus pour moi donc...je suis agréablement surpris d'apprendre qu'il s'agisse de l'adaptation d'un bd, je lirais ça si j'ai l'occaz...

spoil !




et sur la fin y'a pas photo niveau interprétation rationnelle : deux morveux + un ours polaire = fin de l'espèce humaine en plus au début la voix de narration affirme que le machin qui cause le refroidissement détruit toutes formes de vie sauf dans le train ! et là comme par hasard un ours polaire ... pfff...con de corééns...


insta.pnglogo-facebook-transparent-png-1082.png

Hors ligne

#11 10/11/2013 17:01:00

salabert
Expert BDA
Inscription : 09/09/2007
Messages : 5 005

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

peut etre que le train roule ... au point de traverser les generations ? et peut etre aussi qu'ils sont en cryonisation ( c'est à dire conservés dans la glace ) tout en restant vivant mais confinés dans le train ? ... oui , il y a des symboles comme ça qui sont indécrotables : un ours polaire pour marquer un retour à l'ère glaciere tout autant que l'annihilation de toute vie sur terre ... en rapport obscur avec la polution , la deforestation 33et par effet inverse de rechauffement climatique ( on represente un extrme par un autre ) ...
S'il s'agit effectivement d'inspiration du thème de la B.D au ciné , il me semble qu'ils s'en sont eloignés malgre tout ... c'est pas vraiment une "adaptation" fidèle , je crois ... ou alors je me gourre ...

Hors ligne

#12 10/11/2013 17:21:05

mypreciousnico
Maitre BDA
Inscription : 22/05/2008
Messages : 3 424

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

Attention SPOILERS probables !

De Gornaud a écrit :

Mais bon, on fait ce qu'on peut, moi qui râle contre la tendance générale à rallonger les films inutilement jusque dans les 3 heures, là au moins ce n'est pas le cas.

C?est vrai.
Pour ma part j'adore les films très longs, donc ma position est plutôt inverse

De Gornaud a écrit :

Mais bon du coup à la fin quand les clubbers prennent les armes pour se battre à leur tour, c'était moyennement crédible.

Oui, c'était même presque nul ce passage. Heureusement en parallèle il y a le tête à tête fascinant entre Ed Harris et Chris Evans

De Gornaud a écrit :

Tout comme certaines exagérations, le personne de Tilda Swinton, ou la maitresse d'école.

J'ai trouvé les deux personnages très réussis. la performance de Swinton est quand même excellente. C'est certes une caricature, mais je pense que c?est voulu : la petite bourge maniérée, coincée et...dégueulasse, confronté à la merde qu'elle écrase régulièrement sous sa bottine en croco.

Quand à la maitresse d'école elle s'inscrit elle même dans une scène improbablement surréaliste dont le but est d'endormir la méfiance des personnage et surtout du publique. Du coup quand ils ont sortis leurs armes du panier à ?uf j'ai complètement halluciné tant je m'y attendait sans m'y attendre. Il ont réussis à m'endormir ces cons et à me réveiller à coup de massue : une des plus belle rupture de rythme au cinéma ces derniers temps.

Le problème du film, c'est qu'il n?est pas toujours cohérent dans le tout adopté : on passe allégrement de la fable politique ultra réaliste à la SF givrée (sans jeu de mot) improbable et remplie de métaphores.
Comme si Minority Report avait fait un bébé avec Star Trek TOS

De Gornaud a écrit :

Je ne connais pas la SF française de la dernière décennie, mais je note ta recommandation de Wang.

Et je serais ravi d'avoir ton avis
Le roman n?est pas récent non plus hein, il doit avoir au moins 10 ans si ce n?est 15.

zoy a écrit :

moi j'ai trouvé des incohérences dans ce film, notamment sur le fait qu'ils soient dans ce train depuis 17 ans, certains passages porteraient à croire qu'ils y sont depuis plusieurs générations

17 ans, finalement ça permet de ce faire côtoyer 2 voir 3 générations :

- Les vieux comme le personnage de Ed Harris ou John Hurt : qui ont vécu la quasi totalité de leur vie d'adulte dans notre monde contemporain

- Le jeunes comme le personnage campé par Chris Evans : 17 ans en montant à bord du train : il est donc le mélange des deux modes de vie

- Les train native : les gamins nés dans le train qui n'ont jamais rien connu d'autre.

17 ans c?est peu et c'est beaucoup. C?est vrai que le film donne l'impression que ça dure depuis des siècle. Mais la vie à l'intérieur d'une boite de conserve de quelques mettres carrés de large, un monde tout en longueur, ça doit donner l'impression que le temps passe TRÈS lentement non ?

zoy a écrit :

et sur la fin y'a pas photo niveau interprétation rationnelle : deux morveux + un ours polaire = fin de l'espèce humaine

C?est toute la beauté de cette fin. On ne sait pas, c?est laissé à l?interprétation. D'un côté tu a les types descendus en marche 10 ans plus tôt qui ont gelés à quelques mètres du train, mais de l'autre côtés les indices relevés par l'ingénieur sur la fonte des glaces.

L'image de l'ours polaire est mortelle, quelques pars et comme le dirait le docteur Malcolm, "la vie trouve toujours un chemin"
Au final avec toute sa technologie, ça n?est pas la planète que l'homme fout en l'air mais lui même : la planète finira par s'en remettre

zoy a écrit :

en plus au début la voix de narration affirme que le machin qui cause le refroidissement détruit toutes formes de vie sauf dans le train ! et là comme par hasard un ours polaire ... pfff...con de corééns...

Ce qui est nul ça n?est pas l?apparition de l'ours polaire, mais le texte/voix off au début (voulu par les studios apparemment) qui est un cliché du film de SF catastrophe.
Une ère glacière ça n'élimine pas toute vie : les ours polaires se demerdent très bien dans des conditions de froid à faire pâlir un congélo.

Hors ligne

#13 10/11/2013 18:01:54

isangeles
Aventurier de l'Etrange
Lieu : Les Territoires
Inscription : 17/03/2007
Messages : 3 869
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

Wang : je confirme, à lire pour les amateurs d'anticipation. La SF française depuis le milieu des années 1990 est vraiment à découvrir.

Hors ligne

#14 10/11/2013 18:38:57

De Gornaud
Maitre BDA
Inscription : 09/03/2010
Messages : 3 327
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

Spoilers toujours.

Je suis d'accord pour l'ours polaire, ça ne m'a pas choqué, la vie est robuste. Donc on peut juste dire que c'est mal formulé au début de dire que ça annihilé "toute vie".
Mais sinon à la fin c'est sûr qu'on se dit qu'ils sont un peu dans la merde. malgré tout. Après, ils reste un partie du train avec son chargement, et donc sûrement une partie des passagers, ce ne sont pas juste deux gosses livrés à eux-mêmes dans la neige. Mais ça semble mal barré, oui. De toutes façons le reste de l'humanité confinée dans un train, c'est déjà mal barré à la base.
S'il fallait relever des incohérences, moi c'est plus la question de l'énergie qui m'interroge. C'est complètement évacué dans le film, donc sur le coup je veux bien y croire, mais on ne sait pas d'où ils tirent leur énergie, donc on ne sait pas ce qu'il est possible de faire ou pas.

Pour Tilda Swinton, le personnage est bien, mais cette caricature au milieu du reste, plutôt réaliste, je trouvais que ça passait moyen. Je pense qu'en exagérant un peu moins elle aurait pu garder cette effet de bourgeoise dégueulasse en étant un peu plus réaliste.
Quant à la maitresse, c'est plus la scène de l'école qui détonait que le personnage lui-même. Mais comme tu dis, ça sert à endormir la vigilance, et ça fonctionne, donc le côté artificiel peut passer. Au moins il y a un peu de contenu, avec la propagande. Alors que la suite du train sert uniquement de décors.

Sinon j'ai rien contre les films longs s'ils sont bien, ce qui m'énerve c'est la tendance générale à l'allongement. Si c'est justifié, pourquoi pas, mais je crois que je suis pas hyper bon public niveau ciné.
Encore pire, non seulement les films font 3h ou plus, mais ils sont étendus en trilogies. Le Hobbit par exemple, je trouve que c'était vraiment pas la peine d'en faire autant (surtout que j'ai pas été très convaincu du résultat). D'ailleurs à la base je m'étais dit que j'irais pas le voir à cause de ça (j'y suis allé quand même).


minilogocrypto.png

Hors ligne

#15 28/11/2013 00:53:09

Dede Jojo
Gentil BDA
Lieu : STRASBOURG
Inscription : 15/06/2005
Messages : 809
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

Bon je l'ai vu...
Et j'ai été très déçu, pour moi c'est une adaptation très raté.
Des incohérences, des personnages qui en font des tonnes, ... j'ai pas retrouvé le plaisir que j'ai eu en lisant la bd. Pour moi, le réalisateur a gaché l'ensemble en faisant le truc à sa sauce.
Comparé au film Blood Ties sorti en même temps, avec des notes moins bonnes des spectateurs et moins de succès au box office alors qu'il est génial > j'ai du mal à comprendre les goûts de certains.

Hors ligne

#16 29/11/2013 19:50:24

De Gornaud
Maitre BDA
Inscription : 09/03/2010
Messages : 3 327
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

Je n'ai pas entendu parler de Blood Ties, donc je n'ai pas pu avoir envie de le voir, donc je ne peux pas comparer.

Pour l'adaptation, je ne peux pas en juger (les auteurs en tout cas semblaient satisfaits), mais je trouve ça normal qu'un réalisateur fasse "à sa sauce". Je comprends qu'en tant que fan on puisse vouloir retrouver la même chose, mais ce ne sont pas les mêmes auteurs, pas le même média, il vaut mieux mieux ne pas s'attendre à retrouver une pure illustration de l'original.


minilogocrypto.png

Hors ligne

#17 01/12/2013 09:57:30

Dede Jojo
Gentil BDA
Lieu : STRASBOURG
Inscription : 15/06/2005
Messages : 809
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

Effectivement, cependant contrairement à des adaptations comme Walking Dead où l'histoire est complétement changée ou The Dark Knight où la patte de Nolan est très visible, ici j'ai pas adhéré à la sauce de ce réalisateur, je trouve que le film perd la force qui se dégage de la BD au profit de scènes sans queue ni tête. Mais c'est mon avis personnel.

Hors ligne

#18 20/04/2014 16:59:04

vorone
BDA
Lieu : 63 thiers
Inscription : 30/11/2004
Messages : 1 380

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

De Gornaud a écrit :

c'est loin d'être aussi creux qu'Elysium

L'histoire d'Elysium était simple et efficace, la réalisation était honnête et le design global du film est le plus solide qui soit sorti à ce jour, là où Snowpiercer est un Matrix 2 tout vilain joué par le staff de Disney village et designé par un fils de pute elfique.


they laughed as I integrated / I laughed as they disintegrated

Hors ligne

#19 21/04/2014 15:56:45

De Gornaud
Maitre BDA
Inscription : 09/03/2010
Messages : 3 327
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

Simple et efficace, mais sans fond, j'ai trouve Snowpiercer plus intéressant.

Après le design ça se discute, par contre la réalisation était insupportable dans Elysium, filmé en permanence caméra à l'épaule, donc ça tanguait tout le temps, le pire c'était le montage pendant les scènes d'actions où on voyait que dalle tellement c'était rapide.


minilogocrypto.png

Hors ligne

#20 22/04/2014 12:45:13

vorone
BDA
Lieu : 63 thiers
Inscription : 30/11/2004
Messages : 1 380

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

Moi j'ai trouvé Snowpiercer bavard, chiant, d'un ridicule insoutenable et long pour dire exactement la même chose qu'Elysium au final, la différence étant que l'histoire de Snowpiercer se fini mal et qu'il réussi à justifier son huit clos totalitaire par des effets de manches théatralo-mystico-fantastique, là où Elysium se pose pour objectif de faire de la hard sf qui en met plein la gueule jusqu'au bout, les deux ont exactement le même fond et traitent des même sujets, y en a juste un qui a fait le choix de pas être chiant et de tout miser sur son setting, qui est mortel, le design se discute pas, il soutient son objectif documentaire de façon magistrale de bout en bout, tout est bossé jusqu'à la moindre petite raillure et la manière de filmer veut soutenir ça, les effets de caméra sont pas toujours terribles d'accord mais la scène des droïdes flics qui pètent la gueule à Matt Damon dans la file d'attente pour partir à l'usine au début du film est emblématique et c'est vachement bien fait et le design des droïdes est génial à tout les niveaux. La scène équivalente dans Snowpiercer c'est des crypto-juifs qui foutent rien à part dormir et se chier dessus au fond d'un train, et là t'as l'autre fausse moche qui se ramène pour postillonner une caricature de Margaret Tatcher pendant 15 ans, et bin c'est de la merde et au bout d'un moment c'est pas parce que c'est plus long, avec plus d'acting et plus de texte que ça a plus de fond, nan c'est juste de la merde.


they laughed as I integrated / I laughed as they disintegrated

Hors ligne

#21 22/04/2014 13:59:22

isangeles
Aventurier de l'Etrange
Lieu : Les Territoires
Inscription : 17/03/2007
Messages : 3 869
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

Je l'ai vu aussi...
J'avais lu la bd dans mon adolescence. Je suis très déçu.
Si on parle d'adaptation, même partielle, c'est loupé.
Si on parle que du film : je n'ai pas aimé. Aucun intérêt.
Je préfère de loin Elysium.

A part ça, je vous conseille District 9

Hors ligne

#22 22/04/2014 14:09:49

Jekyll
Maitre BDA
Inscription : 25/06/2011
Messages : 2 751
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

Bon bah, toute cette discussion sur Snowpiercer m'a donné envie de voir Elysium!

Hors ligne

#23 22/04/2014 15:17:34

De Gornaud
Maitre BDA
Inscription : 09/03/2010
Messages : 3 327
Site Web

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

(Attention, je spoile la fin des deux films dans la suite)

Je suis d'accord qu'il y a des trucs un peu ridicules dans Snowpiercer, notamment la "fausse moche" (pourtant j'ai lu pas mal de gens qui trouvaient ce personnage génial, un peu comme le Joker version Nolan) et les "crypto-juifs qui foutent rien à part dormir et se chier dessus".
La différence c'est que dans Elysium c'est juste les riches qui ne veulent pas partager parce que ce sont des méchants égoïstes alors que si on voulait on pourrait soigner tous les pauvres du monde avec la super technologie magique. Il suffit de partager pour que la terre devienne un paradis transhumaniste.
Dans Snowpiercer, le grand chef fout mal à l'aise avec son discours cynique en expliquant que les différentes classes sont nécessaires pour le bon fonctionnement du train.
Donc moi je n'y ai pas du tout vu la même chose sur le fond.


minilogocrypto.png

Hors ligne

#24 22/04/2014 22:22:47

mypreciousnico
Maitre BDA
Inscription : 22/05/2008
Messages : 3 424

Re : Snowpiercer- Le transperceneige

Au cas ou : #SPOILERS !

Ce qui fait que Snowpiercer est réussi sur le fond : l'ambivalence.
À la fin, le discours du grand manitou arrive même à te faire douter toi, spectateur, alors que depuis le début tu est tout acquis à la cause des pauvres prolétaires.

Quand à la fin pessimiste et bien justement ça ce discute. C?est une fin ouverte.

Hors ligne

Pied de page des forums