#1 21/04/2008 19:47:27

philippe gorgeot
Maitre BDA
Lieu : Normandie
Inscription : 14/05/2004
Messages : 2 843

La question thÚorique : raconter une histoire ?

Voilà...la "question du mois" a un peu de retard, mais tout arrive !

Alors donc pour Avril,  je vous propose de réfléchir et d'échanger sur la question suivante :

Une bande dessinée pourrait-elle ne pas raconter d'histoire ?

A vos claviers

Et n'hésitez pas à nous joindre en cliquant sur l'onglet " contactez-nous" du site afin de suggérer vous même une question pour le mois à venir...

Dernière modification par philippe gorgeot (23/04/2008 13:49:49)


"Que l'on soit nul en dessin, que l'on soit jeune ou vieux, quel que soit le métier que l'on exerce, on peut dessiner des mangas." Osamu TEZUKA

Hors ligne

#2 23/04/2008 22:19:25

normandart
BDApprenti
Lieu : rouen
Inscription : 11/12/2007
Messages : 290
Site Web

Re : La question thÚorique : raconter une histoire ?

des traces de pas sur la plage, des traces de doigts sur la page... cela peut devenir une magnifique bande dessinée ! Mais que cela ne puisse pas raconter d'histoire,  faut pas nous raconter d'histoire !

Hors ligne

#3 24/04/2008 00:17:36

DarKent
Gentil BDA
Inscription : 18/04/2005
Messages : 982
Site Web

Re : La question thÚorique : raconter une histoire ?

Y'a aussi des BD où y'a pas ce qu'on pourrait appelé une réelle histoire. Je pense par exemple tout simplement à Garfield (j'suis pas très calé au niveau BD donc je sais pas trop ce qui à été fait) où il s'agit plus de situation que de réel histoire. Mais sachant qu'il s'agit néanmoins de quelques chose de cohérent, on peux toujours attribuer ça à une histoire... de trois vignette.
Après, si on enlève toute histoire à une BD, il ne reste plus qu'une succession d'image. Par conséquent, il s'agirai plus d'un album d'image que d'une BD. Du moins, c'est comme ça que je vois ça.


Signature2.png

Hors ligne

#4 24/04/2008 06:46:50

Dapperswan
Gentil BDA
Lieu : Paris-Texas
Inscription : 21/09/2007
Messages : 605
Site Web

Re : La question thÚorique : raconter une histoire ?

Une bande dessinée pourrait-elle ne pas raconter d'histoire ?

Impossible !

Déjà que tu as le moindre dingo qui arrive à te trouver la tête de Jésus-Christ dans une tranche de pain grillé, alors deux cases l'une à côté de l'autre c'est carrément la ple´ade.


Tiens patron tu nous resserts un blanc bien frais stp...
(café du commerce inside)

Dernière modification par Dapperswan (24/04/2008 06:48:32)


banniere.png
Chauffeur, suivez cette voiture !

Hors ligne

#5 24/04/2008 14:48:26

tony
Gentil BDA
Lieu : 35
Inscription : 04/06/2005
Messages : 712
Site Web

Re : La question thÚorique : raconter une histoire ?

Quelques réflexions rapides à chaud... et beaucoup de questions que je me pose :

Bleu de Trondheim est une BD abstraite, ou présentée comme tel. Pour le coup, je maintiens qu'il y a narration: les formes se meuvent, semblent danser, dans une certaine logique temporelle. Mais est-ce qu'il y a vraiment une histoire?

1/ Dans la définition courante du récit (par ex sur Encarta, ou chez Yves Reuter, etc.), l'histoire, ou diégèse, est donnée comme les faits bruts. Ce sont ces faits (réels ou imaginaires) qui sont mis en forme à la fois par la narration (=tous les choix de l'auteur dans sa manière de raconter l'histoire), et, s'agissant d'une bd, par la mise en forme (au sens purement "physique" ici : graphique etc...). Définit comme ça, on comprend que l'histoire elle-même ne peut jamais être transmise brute : dès qu'on la raconte, on la narre, on produit donc un récit.

Dans le cas de Bleu, peut-on déterminer des faits? Le choix de formes géométriques, même en mouvement, est-il le choix d'une histoire, d'un mythos? Si non, on pourrait avoir une BD sans histoire.

2/ Autre question: bien qu'il s'agisse d'une BD abstraite, on peut y voir une narration. Peut-on alors avoir une BD sans narration? Dans un tome de l'Eprouvette, je ne sais plus quel "théoricien alternatif" des années 80 envisageait une BD poétique. La poésie renvoit-elle à une histoire et/ou à une narration? (question ouverte: je ne saurais y répondre moi-même ^^). Question subsidiaire: pour ma part je n'ai jamais eu l'occasion de lire de BD poétique, et vous?

3/

DarKent : Après, si on enlève toute histoire à une BD, il ne reste plus qu'une succession d'image. Par conséquent, il s'agirai plus d'un album d'image que d'une BD.

DHT: tout peut être dans l'image et dans le dialogue entre les personnages, et dans ce cas on ne raconte rien, on nous montre quelque chose

La narration est définie comme forme d'énonciation, comme peuvent l'être aussi les descriptions. Une description seule ne peut constituer un récit (puisque celui-ci est subordonné à la narration) mais le récit est ponctué de passage descriptif. Comment prennent forme les passages descriptifs dans une bande dessinée, médium qui allie images et éventuellement texte? Narration et description ne se fondent-elles pas l'une dans l'autre, le dessin étant descriptif des faits, mais sous un angle narratif spécifique (choix de l'auteur)?. Dans le cas d'une BD qui serait entièrement descriptive, peut-on parler d'histoire? Qu'est-ce qui s'y passe? Ne serait-elle pas qu'une suite de photos, par ex des vues de paysage? L'histoire serait-elle l'enchaînement de ces vues elles-mêmes?..

4/

Dapperswan:deux cases l'une à côté de l'autre c'est carrément la ple´ade

Erreur, dans le sens où si deux cases côte à côte peuvent déjà faire l'objet d'un récit, et donc transmettre une histoire, on peut toutefois supposer comme je le laissais entendre plus haut des cases qui n'ont rien à voir l'une à côté de l'autre. En l'absence de monde d'emploi, l'interprétation vient uniquement du lecteur: certain verront une histoire (éventuellement en tirant bien par les cheveux la relation narrative possible entre les 2 cases) d'autre pas. Dans L'art invisible, McCloud relève les six types d'enchaînements possibles entre des cases. Parmis eux, un relève de ce qu'il appelle "non-sequitur": un enchaînement où les cases juxtaposées n'ont aucun lien logique entre elle. Je n'ai d'ailleurs pas trouvé d'exemple de ce type en-dehors des cases qui se jouxtent lors d'un changement de séquence. Là effectivement, les 2 cases côte à côte peuvent ne pas s'enchaîner du tout. Par contre, au niveau plus large de la séquence, l'enchaînement est cohérent. Alors voilà un piège de la question théorique du mois: à quel niveau doit-on se placer pour déterminer si une BD contient une histoire? Articulation entre les cases, paquets de cases, séquences, albums? Quelles sont les unités que l'on doit déterminer?

5/ Un jeu? On tente tous de produire une bande dessinée sans histoire!


Tony
bannlessivmini

Hors ligne

#6 24/04/2008 18:23:17

Dapperswan
Gentil BDA
Lieu : Paris-Texas
Inscription : 21/09/2007
Messages : 605
Site Web

Re : La question thÚorique : raconter une histoire ?

Vachement intéréssant tout ça

C'est à dire que pour moi, à partir du moment ou tu laches une oeuvre, un dessin une musique, un texte, il ne t'appartient plus. Donc chacun y voit ce qu'il veut dedans. Une oeuvre n'est rien sans un lecteur, un auditeur, c'est l'artiste qui l'a crée, mais en fin de compte c'ets le recepteur, le lecteur, qui lui donne vie.

L'un ne peux pas aller sans l'autre, ne pas être vu c'est ne pas exister, le lecteur fait parti de l'oeuvre, un Picasso à 2000000 $ n'existe pas si il est rangé au fond d'un grenier et que personne ne le trouve.

A partir de là, le moindre point rouge sur un fond blanc avec un jolie cadre, ou un beau cadrage si c'est une photo racontera forcément quelque chose à chacun. Ne rien raconter c'est déjà raconter quelque chose. Chacun y trouve ce qu'il veut même en y trouvant rien. C'est, je pense, le luxe de l'art. Exister pour ne pas, nécéssairement, être utile.

D'autre part, à propose de l'oeuvre de Scott McCloud que j'ai dévoré et apprécier, avec le recul je me méfie énormément de ce genre de livre "dogmatique" qui explique, justifie et décortique tout même si le propos est très pertinent il peut enfermer bien plus qu'épanouir un artiste en devenir.
Un peu comme un extrêmiste religieux qui va se référer à son Coran, Bible, Thora ou je ne sais quoi pour la moindre envie de pisser.


Bref, avis strictement perso, mais je pense que la moindre image signifie, donc raconte, une histoire, elle est même condamner à ça par définition.

Dernière modification par Dapperswan (24/04/2008 18:27:43)


banniere.png
Chauffeur, suivez cette voiture !

Hors ligne

#7 24/04/2008 21:48:58

tony
Gentil BDA
Lieu : 35
Inscription : 04/06/2005
Messages : 712
Site Web

Re : La question thÚorique : raconter une histoire ?

Oui mais... tu ne distingue pas histoire et signification. Au final l'histoire n'est-elle pas une forme possible de signification? Dans ce cas est-ce qu'une image unique raconte une histoire? Même s'il s'agit d'une illustration, au sens le plus strict de "histoire", elle ne porte pas d'histoire elle-même: comme tu le dis c'est le spectateur qui va la créé, en imaginant éventuellement un avant et un après. Mais il pourrait tout aussi bien imaginer un ailleurs ou que sais-je encore, preuve que signification et histoire ne sont pas synonyme...

Toujours des questions quoi... ^^

Et oui c'est vrai McCloud est à lire, mais aussi à critiquer héhé...


Tony
bannlessivmini

Hors ligne

#8 25/04/2008 06:25:58

Dapperswan
Gentil BDA
Lieu : Paris-Texas
Inscription : 21/09/2007
Messages : 605
Site Web

Re : La question thÚorique : raconter une histoire ?

Pour moi perso, "signifier" une chose et en raconter une, au final c'est kif-kif.
Après je pense qu'on rentre dans une logique de décortiquer les choses, d'analyser plus en profondeur là ou moi, toujour de façon très personnelle, l'expérience et l'âge me montre que ça n'apporte pas nécessairement grand chose sinon que de tourner en rond.
C'est présompteueux, tu m'en vois navré je ne sais pas le dire autrement.

Le diable se cache dans le détail, j'ajoute à ça, celui de perdre son temps.

Un exemple très concret dans mon métier, le logo.

le logo c'est un signe, un panneau de signalisation par exemple fait un excellent logo et va te signifier qu'il ne faut pas prendre tel chemin, ralentir à tel endroit, etc et pourtant ça raconte aussi une histoire puisque ça à un sens social commun, celui du code de la route.
Pour quelqu'un qui ne connait pas le code dela route ça à aussi un sens, parce que commun et culturel.

Mais pour le papou du mozambic sud-est quart nord-ouest, im s'en tape le coquillard de mon panneau de signalisation, et pourtant ça aura un sens aussi pour lui.
Si je raisonne de façon colonialiste ça peut-être un dieu tout puissant, le dieu du panneau "stop", si je raisonne de façon plus pratique ça peut lui servir de plat à cuisinner géant, pratique et facile pour tout la famille, une vrai affaire à saisir.

Dans tout les cas ça lui donnera un sens, donc une histoire, potentielle, certe, mais on va pas jouer les danseuses.

Bon, je vais me prendre mon premier petit café et on reparle dans la journée si j'ai des retours sur ce premier post bien matinale et a jeun de toutes tartinnes à la mirabelle 


banniere.png
Chauffeur, suivez cette voiture !

Hors ligne

#9 25/04/2008 14:46:31

Malcom29
BDA
Inscription : 17/08/2004
Messages : 1 004
Site Web

Re : La question thÚorique : raconter une histoire ?

Une bande dessinée pourrait-elle ne pas raconter d'histoire ?

Dans beaucoup de domaine on trouve des séries de dessins ne racontant rien, qui sont la juste pour expliquer quelque chose, une procédure d'installation , un guide d'utilisateur., comment installer un nouveau sac dans votre aspirateur ect ... Ca peut être aussi "pratique" une BD

Hors ligne

#10 25/04/2008 15:07:53

tony
Gentil BDA
Lieu : 35
Inscription : 04/06/2005
Messages : 712
Site Web

Re : La question thÚorique : raconter une histoire ?

Vrai: je crois qu'on tombe en plein dans quelque chose de descriptif en plus, moi qui ne trouvait pas d'exemple! merci!


Tony
bannlessivmini

Hors ligne

#11 25/04/2008 16:50:01

Dr_Folaweb
Maitre BDA
Lieu : Bruxelles
Inscription : 25/10/2002
Messages : 3 480
Site Web

Re : La question thÚorique : raconter une histoire ?

Mais, s'il ne s'agit pas de strips, qui racontent "l'histoire d'un changement de sac dans l'aspirateur" par exemple, mais d'une série d'illustrations descriptives d'une action, s'agit-il encore de bande dessinée ?


banniere.png

Hors ligne

#12 25/04/2008 17:48:02

karicature
Administrateur
Lieu : La Matrice
Inscription : 14/12/2004
Messages : 8 889
Site Web

Re : La question thÚorique : raconter une histoire ?

faut savoir aussi quel sens on veut donner au mot "histoire"
histoire racontée par le narrateur ou par le lecteur ?
pour moi elle est obligatoirement raconté par les deux car dès que le cerveau se met en marche l'histoire commence

ce qui veut dire que si on présente une planche avec une série de vignettes blanches, une histoire commence car le lecteur se pose des questions, cherche à savoir ce qu'a voulu dire l'auteur et peut même pousse le vice à se raconter sa propre histoire

le rien est déjà le commencement d'un tout ^Í^


Mon site perso
et ma page facebook qu'il faut aimer les mec !!! https://www.facebook.com/pages/Kari-cat … 9201377621

Hors ligne

#13 25/04/2008 17:58:16

tony
Gentil BDA
Lieu : 35
Inscription : 04/06/2005
Messages : 712
Site Web

Re : La question thÚorique : raconter une histoire ?

s'agit-il encore de bande dessinée ?

En même temps, c'est bien là où la question initiale nous mène... Une BD sans histoire est-elle une BD... ou autrement dit est-ce qu'une suite d'image sans histoire est encore de la BD? Il faudrait croire que oui, au vu des exemples cités plus haut...

Pour moi par contre le sens du mot histoire est claire: si c'est le lecteur qui "invente sa propre histoire" c'est qu'elle n'y était pas...

edit: la vrai question est donc: comment définir la BD? La narration et l'histoire sont-elles des caractéristiques indispensables?

Dernière modification par tony (26/04/2008 12:39:20)


Tony
bannlessivmini

Hors ligne

#14 28/04/2008 18:01:03

olivierthelord
Chiure de gomme
Inscription : 18/04/2008
Messages : 18
Site Web

Re : La question thÚorique : raconter une histoire ?

A mon avis la BD est très très liée au conte d'une histoire, car structurellement elle dispose d'images et de texte que l'on lit dans un ordre prédéfini.

Comme certains l'ont dit la seule chose qui ne ressemblerait pas à une histoire serait un ensemble de tranches de vies décrivant un univers, en gros une BD que l'on pourrait commencer par n'importe quel bout
Reste à voir si c'est faisable, car à force de décrire un univers finalement on retombe dans une forme d'histoire du genre documentaire, vous voyez ce que je veux dire

Belle question!

Hors ligne

Pied de page des forums